Magazines photographiques canadiens, 1970–1990. Reconsidération d’une histoire de la photographie imprimée – Zoë Tousignant

Nous réimprimons ici un essai écrit pour l’exposition que Zoë Tousignant a organisée et présentée à Artexte du 8 septembre au 5 novembre 2016. Cette exposition s’insère dans un projet de recherche à long terme de la commissaire, portant sur les relations historiques de la photographie et du document imprimé au Canada. Tous les documents présentés dans l’exposition et mentionnés dans l’essai proviennent de la collection d’Artexte. Une chronologie identifiant les moments importants de l’institutionnalisation de la photographie contemporaine au Canada a été créée pour l’exposition et peut être consultée sur le site d’Artexte [artexte.ca] en complément de l’essai.
Canadian Photography Magazines, 1970–1990 / Magazines photographiques canadiens, 1970-1990, 2016, exhibition views and details / vues d’exposition et détails, Artexte, Montreal. Photo : Paul Litherland

Canadian Photography Magazines, 1970–1990 / Magazines photographiques canadiens, 1970-1990, 2016, exhibition views and details / vues d’exposition et détails, Artexte, Montreal. Photo : Paul Litherland

par Zoë Tousignant

[Extrait]
La photographie artistique canadienne n’est pas née dans les années 1970. Il existe de nombreux exemples d’utilisation au pays de la photographie comme forme d’expression, tant par des professionnels que des amateurs, à la fin du XIXe siècle et au début du XXe1. À travers des expositions, des salons, des livres et des périodiques, les artistes et autres praticiens ont à la fois pris connaissance et contribué à l’évolution de l’esthétique photographique qui avait cours à l’échelle internationale. Cependant, la période 1970-1990 s’est avérée particulièrement féconde au Canada, avec la création d’un grand nombre d’institutions vouées à la photographie et l’émergence d’un discours sur la photographie contemporaine.

Ce processus d’institutionnalisation, mais également simplement de popularisation du médium, sont des phénomènes qui avaient vu le jour graduellement au cours des années 1960, principalement grâce aux activités du Service de la photographie de l’Office national du film du Canada (SP/ONF) qui, de 1960 à 1980, a été dirigé par Lorraine Monk. L’organisation régulière d’expositions itinérantes, l’acquisition de photographies contemporaines et la publication de livres photographiques par le SP/ONF se sont intensifiées à l’approche des célébrations du centenaire en 19672. Servant à la fois d’inspiration et de contre-modèle pour les futures institutions axées sur la photographie, le SP/ONF a joué un rôle déterminant dans la définition même d’une « photographie canadienne ». Alors qu’approchait la fin des années 1960, les signes des limites d’une telle dénomination générale ont commencé à teinter le débat, avec des distinctions régionales comme « photographie québécoise » ou « photographie de l’Ouest canadien » de plus en plus ouvertement revendiquées.

Les années 1970 et 1980 ont vu l’apparition d’une multitude d’entités tournant autour de l’activité photographique, avec notamment des galeries commerciales, des centres d’artistes autogérés (ou des galeries parallèles), des associations et des groupes, des collections muséales et des périodiques. Beaucoup n’ont pas survécu au-delà des années 1980, et celles qui y sont parvenues l’ont fait avec des mandats légèrement adaptés, plus larges, ce qui renforce l’idée que ces deux décennies ont été un âge d’or en soi pour la pratique de la photographie au Canada. C’était une époque où régnait un assez large consensus quant à la nécessité pour la photographie d’avoir ses propres institutions pour pouvoir prospérer.

Plusieurs magazines photographiques ont vu le jour dans les années 1970 et 1980 en tant qu’espaces dédiés exclusivement à l’exploration de la photographie comme forme de création…

1 Pour un bon survol de la photographie artistique au Canada, lire Martha Langford, « A Short History of Photography, 1900-2000 », dans Brian Foss, Anne Whitelaw et Sandra Paikowsky (dir.), The Visual Arts in Canada: The Twentieth Century, Don Mills (Ontario), Oxford University Press, 2010, p. 279-311.
2 Lire en particulier Martha Langford, « Introduction », dans Photographie canadienne contemporaine de la collection de l’Office national du film, Edmonton (Alberta), Hurtig Publishers, 1984, p. 16-25.

 
[Suite de l’article et autres images dans les versions imprimée et numérique du magazine. En vente partout au Canada jusqu’au 26 mai 2017 et sur notre boutique en ligne.]
 
Acheter ce numéro