Dominique Auerbacher, Scratches – Emmanuel Hermange, Sur la vitre-écran du tramway

Scratches (détail), 2009, tableau photographique / photographic tableau, 89 x 114 cm

Scratches (détail), 2009, tableau photographique / photographic tableau, 89 x 114 cm

Le parcours de Dominique Auerbacher, à ses débuts, est étroitement lié à l’émergence des commandes photographiques consacrées au paysage en Europe, à commencer par la Mission photographique de la Datar qui l’a fait connaître au milieu des années 1980. Elle y avait ouvert un vif débat en choisissant, contre toute attente, de photographier plusieurs grandes villes européennes dans le cadre d’un travail sur la ville de Lyon, ceci afin de mettre en évidence une certaine uniformisation des grands centres urbains. Au fil des commandes et d’autres travaux, comme ceux qu’elle a consacrés à l’univers d’Ikea à partir de son catalogue (Fauteuils et Catalogue Pieces, 1995), elle a développé une réflexion sur la notion de lieux communs en examinant le lien entre paysage et territoire, ce dernier surdéterminant désormais quasi totalement à ses yeux le regard que l’on porte sur le premier. Inscrit dans une ample recherche sur les cultures graphiques urbaines, Scratches poursuit cette réflexion en prenant les tags comme vecteur du regard “dans” la ville, soit une forme d’inscription qui pose paradoxalement la question du commun dans l’espace public en partant d’un geste résolument sauvage. Car si les tags, comme les graffitis, sont désormais souvent exposés dans les galeries et les musées et leur esthétique reprise sur toutes sortes de supports commerciaux, l’opinion et les pouvoirs publics continuent de parler de «vandalisme» dès qu’ils surgissent dans leur contexte d’origine, hors des sites que leur dédient parfois les aménageurs dans l’espace urbain.

Portfolio publié avec un texte inédit de Emmanuel Hermange.

[Suite de l’article dans la version imprimée et numérique du magazine.]

Emmanuel Hermange est critique d’art et professeur d’histoire de l’art à l’École supérieure d’art et design de Grenoble-Valence. Ses publications concernent d’un côté les rapports entre photographie et langage au XIXe siècle et, de l’autre, les usages de la photographie dans l’art contemporain, avec un intérêt particulier pour les enjeux que posent les représentations de la ville et du travail.

Dans son oeuvre, l’artiste plasticienne Dominique Auerbacher utilise divers mediums en articulant l’image photographique avec le texte, la vidéo, la peinture et le son. Née à Strasbourg, elle vit et travaille actuellement en France et en Allemagne. Elle est professeure à l’École supérieure des arts décoratifs de Strasbourg. Elle a exposé dans différents musées et centres d’art dont entre autres : ARC (département contemporain du Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris), Schirn Kunsthalle Frankfurt, Frankfurter Kunstverein, Museum of Contemporary Art Chicago, Casino Luxembourg, Kunstraum Innsbruck et Kunsthalle Hamburg. Elle a aussi participé à de nombreuses commandes d’art public en France et en Italie. Scratches sera à nouveau exposée à la Biennale Urbi & Orbi, à Sedan, France, du 1er au 30 juin 2013.

Acheter cet article