Nouvelles entrées

Cette section vous permet de visualiser les documents récemment mis en ligne : articles et essais écrits spécifiquement pour le web ou repris de numéros récents, réactions à des articles parus sur le site ou dans la revue, contenu de numéros antérieurs rendus accessibles dans leur intégralité, nouvelles chroniques et plus encore… C’est à suivre. L’ensemble de ces articles peuvent également être consultés dans les différentes sections et catégories qui structurent le site.
 

  • Caroline Hayeur, Adoland – Nicolas Mavrikakis

    Caroline Hayeur, Adoland – Nicolas Mavrikakis

    26 novembre 2018 [originellement publié dans CV98 à l’automne 2014] — Encore les adolescents ! N’ont-ils pas assez de place dans la publicité, la télé, le cinéma, la littérature, la mode ? N’ont-ils pas assez de Facebook, d’Instagram, de Twitter pour nous inonder de leurs bêtises et de leur selfies ? Faudrait-il encore que l’art contemporain se penche lui aussi sur eux, sur leur vie, leurs boutons ou leur beauté ? …

  • Vera Frenkel, ed. Sigrid Schade, Ostfildern: Hatje Cantz, 2013, 310 pp. (detail)

    Vera Frenkel – Cheryl Simon

    21 novembre 2018 [originellement publié dans CV98 à l’automne 2014] — Vous pouvez le lire en consultant la version anglaise de cette page.

  • Ariella Azoulay, Aïm Deüelle Lüski and Horizontal Photography, Leuven University Press, Leuven, 2014, 262 pages (thumbnail)

    Ariella Azoulay, Aïm Deüelle Lüski and Horizontal Photography – Erika Wicky

    19 novembre 2018 [originellement publié dans CV98 à l’automne 2014] — Dans ce récent ouvrage, la théoricienne Ariella Azoulay poursuit une réflexion sur la photographie entamée dans The Civil Contract of Photography (Zone Books, 2008) et Civil Imagination: A Political Ontology of Photography (Verso, 2012), mais, cette fois, ses analyses sont orientées et stimulées par le travail du photographe et philosophe israélien Aïm Deüelle Lüski…

  • Linda Rutenberg, Cactus Study, 2018. © Linda Rutenberg

    Linda Rutenberg, The Garden at Night | The Untamed Garden – Christian Roy

    16 novembre 2018 — Le motif floral, si présent dans toute l’histoire de l’art, a-t-il encore sa place en art actuel ? Il aura du moins fait l’objet de quelques expositions de la belle saison à Montréal, dont l’une d’elles faisait appel à des artistes de différents médiums. Mais il sera abordé ici par le biais de deux autres expositions offrant au public local une vue d’ensemble du corpus floral de la photographe Linda Rutenberg…

  • Chantal Pontbriand, The Contemporary, the Common: Art in a Globalizing World, Berlin: Sternberg Press, 2013, 462 pp.

    Chantal Pontbriand, The Contemporary, the Common: Art in a Globalizing World – Michael Frederick Rattray

    14 novembre 2018 [originellement publié dans CV98 à l’automne 2014] — Vous pouvez le lire en consultant la version anglaise de cette page.

  • MaryAnn Camilleri - Portrait

    MaryAnn Camilleri, La fondation Magenta – Jill Glessing

    12 novembre 2018 [originellement publié dans CV98 à l’automne 2014] — MaryAnn Camilleri est directrice administrative de la fondation Magenta. Après avoir terminé son baccalauréat à la Ryerson University, Camilleri s’est installée à New York où elle a passé dix ans à l’agence Magnum Photo. En 2003, elle est revenue dans sa ville natale de Toronto avec l’ambition de publier des livres d’art de haute qualité et de faire la promotion des photographes d’art canadiens…

  • Ciel variable 97 - GALERIE DE PORTRAITS

    Ciel variable 97 – GALERIE DE PORTRAITS

    7 novembre 2018 [originellement publié au printemps 2014] — L’entièreté du contenu de CV97 est maintenant disponible en ligne avec les portfolios de Pierre Gonnord, Christian Tagliavini et Gabriel Coutu-Dumont, des essais sur Family of Man | New Topographics, Le livre photographic au Québec et Tacita Dean, une entrevue de Martha Langford ainsi que de multiples recensions d’expositions et de publications récentes.

  • Pierre Gonnord, Julia, 2011, de la série / from the series Lusitania, image numérique sur papier Hahnemüle / digital image on Hahnemüle paper, 148 x 110 cm

    Pierre Gonnord, Portraits – Pierre Rannou, D’un regard intense

    5 novembre 2018 [originellement publié dans CV97 au printemps 2014] — Les portraits photographiques de Pierre Gonnord fascinent par l’expérience qu’ils nous proposent. Le regard des modèles, dirigé directement vers l’objectif de l’appareil photo, interloque le spectateur, lui donne le sentiment d’être dévisagé…

  • Christian Tagliavini, Cubism I, 2008, from the series / de la série Dame di cartone, digital prints / impressions numériques, 160 x 128 cm

    Christian Tagliavini, 1503 | Dame di cartone – Johanna Mizgala, Maniérisme, Médicis et Madmen : la mise en scène photographique de Christian Tagliavini

    2 novembre 2018 [originellement publié dans CV97 au printemps 2014] — Les portraits exercent sur nous une fascination trompeuse : le visage d’autrui attire instantanément notre regard. Plongés dans cette contemplation, nous découvrons progressivement une réalisation soigneusement orchestrée qui doit être décodée pour être comprise…

  • Gabriel Coutu-Dumont, The Way of the Willows, 2013, série de 85 épreuves numériques / series of 85 digital prints, formats variés / various sizes. Permission de / courtesy of Galerie Donald Browne. Œuvre réalisée lors d’une résidence au CCA : Centre for Contemporary Arts, à Glasgow, en Écosse, en 2010 / Work produced during a residency at the CCA : Centre for Contemporary Arts, Glasgow, Scotland, in 2010, avec la collaboration de / with the collaboration of Emmanuel Galland, conseiller artistique / artistic advisor, et la complicité de / and the complicity of Brian Sweeney, photographe / photographer. Équipe de production / production team: Felicity Lamb, Scott Brotherton, Mairi MacKenzie, Garry Maclennan, Eve Traynor, Louise Shelley, Brigitte Henry, Janicke Morissette.

    Gabriel Coutu-Dumont, The Way of the Willows – Claire Moeder, Contretemps du portrait

    29 octobre 2018 [originellement publié dans CV97 au printemps 2014] — À Glasgow, l’artiste Gabriel Coutu-Dumont a établi un studio de photographie provisoire dans la rue Sauchiehall, une artère fréquentée par les noctambules de la ville. Durant plusieurs nuits, il a extrait ces passants du tumulte de la rue et les a invités à poser devant l’objectif d’un appareil analogique pour une séance de 20 minutes chacun…