Pierre Bourgault, Tremblement du temps : 83 40 N 30 41 O / 47 12 N 70 16 O – Caroline Gagné

[Printemps-été 2015]
Pierre Bourgault, Tremblement du temps : 83 40 N 30 41 O / 47 12 N 70 16 O, 2014, vues de l’exposition, photos : Charles-­Frédérick Ouellet, VU PHOTO

Pierre Bourgault, Tremblement du temps : 83 40 N 30 41 O / 47 12 N 70 16 O, 2014, vues de l’exposition, photos : Charles­-Frédérick Ouellet, VU PHOTO

VU, centre de diffusion et de production de la photographie
Du 14 novembre au 14 décembre 2014

Par Caroline Gagné

Assise à même le sol de l’espace américain du centre VU PHOTO à Québec, alors que les nombreuses personnes présentes au vernissage circulent et observent Tremblement du temps : 83 40 N 30 41 O / 47 12 N 70 16 O, je songe aux propos que l’artiste Pierre Bourgault vient de tenir en parlant de son installation. D’entrée de jeu, une phrase avait retenu mon attention : « Je ne fais pas des images qui développent l’imaginaire ; je fais des images qui nous regardent. » Opposer une image mobilisant l’imaginaire à une autre image faisant plutôt surgir l’impression d’être regardé peut sembler une entrée en matière saugrenue. Pourtant, les paroles prononcées ont piqué ma curiosité et, par la suite, orienté ma pensée vers la question du statut de la photographie, transcendé par les contingences de l’impression numérique. Fallait-il voir dans Tremblement du temps une dénonciation de la photographie en tant que cloisonnement des points de vue, préférant des cartographies détournées par un changement d’échelle envisagé comme véritable représentation métaphorique du temps ?…

[Suite de l’article dans les versions imprimée et numérique du magazine.]

Acheter cet article