"); } ?>
Un grand pas en avant : Une nouvelle approche de la photographie au Musée des beaux-arts de Montréal
Leaping Forward: The Montreal Museum of Fine Art’s New Photographic Collecting Practices

Alain Chagnon, Frisé pointant du doigt, de la série / from the series La taverne, 1972‑1974, épreuve à la gélatine argentique / gelatin silver print, 30,6 x 45,7 cm, Musée des beaux‑arts de Montréal / Montreal Museum of Fine Art

M, la revue du Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM), annonçait à l’automne 2010 que le musée avait récemment augmenté de façon non négligeable ses acquisitions dans le domaine de la photographie au Québec entre les années 1960 et 1980. « La collection du musée s’enrichit à pas de géant », précisait le sous-titre de l’article – ce qui, en matière de photographie, représente une déclaration aussi prometteuse qu’inattendue.

Car si le MBAM s’enorgueillit d’une collection à la fois importante et internationale d’œuvres d’art et d’artefacts (dont une remarquable collection d’arts décoratifs) de l’Antiquité à nos jours, il ne s’est pas distingué jusqu’ici par des acquisitions appréciables dans le domaine photographique. Cela en dépit du fait que le plus célèbre photographe canadien du XIXe siècle, William Notman, fut une figure notable et influente parmi ceux qui ont contribué à la fondation de l’Art Association of Montreal, appellation originelle du musée. Il a fallu en réalité attendre le tournant du XXIe siècle pour que le MBAM entreprenne d’acquérir des photographies avec quelque assiduité.

L’institution a néanmoins joué un rôle essentiel dans l’histoire de la photographie canadienne, en lui offrant la renommée de ses cimaises. Au cours du siècle qui s’écoule entre l’initiative de Notman et le développement progressif des collections photographiques au début des années 2000, le musée a accueilli ainsi un grand nombre d’expositions consacrées à la photographie, expositions dont les particularités reflètent les idiosyncrasies de son émergence et de son évolution au Québec et au Canada.

Suite de l’article dans la version imprimée du magazine. En vente partout au Canada et aux États-Unis jusqu’au 15 janvier 2012.

Biographie de l’auteure

Zoë Tousignant est doctorante en histoire de l’art à l’Université Concordia. Elle est titulaire d’une maîtrise en études muséales de l’université de Leeds, G.B. Sa thèse de doctorat porte sur le modernisme en photographie dans les magazines canadiens illustrés entre 1925 et 1945. Elle participe à un groupe de recherche dirigé par Martha Langford sur la « mémoriographie » dans l’histoire de la photographie canadienne.

In the fall 2010 issue of its magazine M, the Montreal Museum of Fine Arts (MMFA) announced that it had recently acquired significant bodies of Quebec photography, ranging from the 1960s to the 1980s. “The Museum’s Collection Grows by Leaps and Bounds,” declared the article’s subtitle – a statement that, since it referred to the photography collection in particular, was both surprising and exciting.

Although the MMFA boasts an encyclopedic and international collection of art and artefacts from Antiquity to the present day (including a remarkable collection of decorative arts), it has not been known for its enthusiastic collecting practices in the realm of photography. This, in spite of the fact that Canada’s most famous nineteenth-century photographer, William Notman, was among the prominent and influential figures in the formation of the Art Association of Montreal, as the museum was originally called. It was not until the turn of the twenty-first century, in fact, that the MMFA began to acquire photographs with any degree of consistency.

This nevertheless has not prevented the MMFA from participating in Canada’s photographic history as an eminent site of display. Indeed, during the century that separated Notman’s initial involvement from the gradual increase of photographic collecting that has been taking place since the early 2000s, the museum has played host to numerous photography exhibitions – exhibitions that reflect the idiosyncratic nature of the history of photography in Quebec and in Canada.

See the printed magazine for the complete article. On sale throughout Canada and the United States until January 15, 2012.

Author Biography

Zoë Tousignant is a Ph.D. student in art history at Concordia University. She holds a master’s degree in museum studies from the University of Leeds. Her doctoral research concerns photographic modernism in Canadian illustrated magazines between 1925 and 1945, and she is currently part of a team led by Martha Langford researching the memoriography of Canadian photographic history.

Back / Retour

Next / Prochain : JOHN MAX. Un regard libre jusqu’au vertige / JOHN MAX: The Vertigo of the Free Gaze