Le livre photographique

Ciel variable a toujours été à l’affût des publications d’artistes et de commissaires, faisant la recension de ces parutions dans les sections Lectures et Ouvrages à souligner du magazine. Dans un désir d’enrichir la liste de ces recensions et de répondre plus spontanément à l’actualité, Ciel variable publiera désormais en ligne des textes portant sur des ouvrages récents.

Pour lancer la nouvelle section, nous vous proposons une série sur des livres photographiques d’artistes du Québec publiés en 2020 et en 2021 qui ont attiré l’attention de notre collaborateur Louis Perreault.

Ouvrir un livre photographique, c’est aller à la rencontre d’une proposition aux dimensions multiples. L’ensemble des images et la structure conceptuelle de leur mise en séquence, tout comme la matérialité de l’ouvrage et sa conception graphique, modifient la manipulation et la perception qu’on s’en fait. La relation qu’on entretient avec l’œuvre qui s’y trouve est intime, personnelle, individuelle. Elle se construit dans la durée, grâce à la consultation répétitive de l’ouvrage au fil du temps.

Les artistes et photographes produisent des livres depuis longtemps. Au cours des dernières décennies, la manière de les produire et de les diffuser a toutefois grandement changé. La dépendance de l’artiste envers l’éditeur s’est pratiquement effacée, au point où l’autoédition est devenue une avenue attrayante de par la liberté créative qu’elle offre aux auteurs. Les maisons d’édition spécialisées se sont également multipliées, au profit d’une diversité d’approches et d’une compétitivité provoquant une plus grande créativité. Bref, le livre, en tant que support de l’œuvre, mais aussi en tant qu’œuvre à part entière, vit de beaux jours malgré la dématérialisation généralisée de notre consommation culturelle, trop souvent médiatisée par les supports numériques actuels.

Depuis mars 2020, plusieurs livres d’ici ont retenu mon attention. Les artistes se sont distingués dans la manière de formuler leur proposition au travers du livre, alors que les occasions (déjà rares) d’exposer en galerie ont été considérablement réduites. Les livres qui seront présentés dans cette série se distinguent, à mon sens, par leur exploration du potentiel qu’offre cet espace de diffusion pour construire une œuvre signifiante, qui n’est ni la documentation d’un travail dont l’existence première résiderait ailleurs, ni un simple véhicule neutre de sens. Dans chacun des cas, il m’a semblé, le travail qui y était destiné y gagnait une dimension nouvelle, dans le rapport qui émerge entre les images, la mise en page, la conception matérielle de l’ouvrage, sa taille ainsi que la chronologie de lecture qui est imposée par la suite des pages. Ces textes se veulent en quelque sorte une invitation à faire de la lecture du livre photographique un acte engagé et critique, invitant le lecteur à retourner à son tour à sa bibliothèque avec un œil attentif et, espérons-le, nouvellement éclairé.

Louis Perreault vit et travaille à Montréal. Il déploie sa pratique à l’intérieur de ses projets photographiques personnels ainsi que dans les projets d’édition auxquels il collabore grâce aux Éditions du Renard, qu’il a fondées en 2012. Il enseigne la photographie au Cégep André-Laurendeau et contribue régulièrement au magazine Ciel variable.

Voir la série sur des livres photographiques d’artistes du Québec.