Loin des Yeux – Daniel Fiset

[Hiver 2017]
Anouk Kruithof, Subconscious Travelling, 2013, 99 photographies autocollantes, 5 verres colorés, 6,6 × 0,7 m, photo : Paul Litherland

Anouk Kruithof, Subconscious Travelling, 2013, 99 photographies autocollantes, 5 verres colorés, 6,6 × 0,7 m, photo : Paul Litherland

Optica, centre d’art contemporain, Montréal
Du 16 avril au 11 juin 2016

par Daniel Fiset

Avec Loin des yeux, montée à Optica le printemps dernier, la commissaire Claire Moeder a présenté un projet d’une cohérence remarquable, exposant avec sobriété et intelligence le travail d’artistes locaux et étrangers qui ont abordé les seuils de la visibilité dans leur pratique. Le choix judicieux des artistes ainsi que le placement des oeuvres dans les deux espaces du centre d’artistes ont contribué à créer une unité conceptuelle et formelle redoutablement efficace, donnant aux visiteurs matière à réflexion sur l’ambiguïté de la représentation en régime contemporain.

L’expérience de Le masque et le miroir de Julien Discrit est symptomatique de l’effet de l’exposition sur le regardeur, que Moeder désigne dans le texte d’introduction comme une « frustration latente1 ». Cherchant à discerner un mot imprimé sur papier et encadré sous verre dépoli, on se voit forcé d’effectuer un va-et-vient constant avec l’objet afin d’y tenter une lecture. L’exposition invite sans cesse au mouvement : mouvement de l’oeil qui balaie la surface des oeuvres à la recherche d’indices, mais également mouvement du corps qui fait se dévoiler certaines des oeuvres de l’exposition. Dans Ashes, Claire Hannicq fait littéralement renaître l’image de ses cendres par le mouvement. Un rectangle blanc de contreplaqué, appuyé contre un mur et fortement éclairé, vient se refléter dans un tirage photographique sous verre montrant des cendres, placé juste devant la forme rectangulaire. Par son déplacement dans l’espace, le regardeur contrôle l’apparition spectrale de l’image.

La photographie occupe une place de choix dans la réflexion de Moeder sur l’oscillation entre visibilité et invisibilité. Les particularités matérielles et techniques des procédés photographiques argentiques participent parfois à la création d’archives qui résistent au regard, laissant l’image évanescente disparaître à tout jamais sur la surface photosensible…

1 Claire Moeder, « Loin des yeux », texte de présentation de l’exposition, Montréal, Optica, 2016.

 
[Suite de l’article dans les versions imprimée et numérique du magazine. En vente partout au Canada jusqu’au 26 mai 2017 et sur notre boutique en ligne.]
 
Acheter ce numéro