Helga Pakasaar, À propos de la nouvelle Polygon Gallery, Vancouver Nord – Karen Henry

[Hiver 2018]

Alors que la Presentation House Gallery se métamorphose en Polygon Gallery, sa commissaire Helga Pakasaar, qui occupe le poste depuis 2003, réfléchit aux changements qui touchent les institutions et les pratiques artistiques vancouvéroises. La nouvelle galerie est située au bord de l’eau près du quai Lonsdale, dans le quartier de North Vancouver, avec vue sur le centre-ville, de l’autre côté du port. Le resplendissant bâtiment d’une superficie de 2 323 mètres carrés, conçu par l’agence Patkau Architects, est doté d’une toiture distinctive à redents ; en porte-à-faux au-dessus d’un grand hall lumineux où seront installés une boutique et un café, l’étage des expositions offre un espace pour la galerie et les réceptions. L’ambitieuse exposition inaugurale, N. Vancouver, conçue par le directeur Reid Shier, commence en novembre et présente des oeuvres d’artistes de la région, certaines commandées pour l’occasion. J’ai posé quelques questions à Helga pour savoir ce qu’elle pensait du potentiel du nouveau musée et de son superbe emplacement.

Polygon Gallery, North Vancouver

Polygon Gallery, North Vancouver

Une entrevue par Karen Henry

[Extrait]
KH : La Polygon Gallery fait partie de ces établissements récemment construits ou qui ouvriront leurs portes au cours des prochaines années – je pense à l’Audain Gallery à Whistler, la Vancouver Art Gallery redessinée, dont on espère voir débuter la construction l’année prochaine, et on parle même d’une nouvelle Contemporary Art Gallery. Comment la Polygon Gallery s’inscrit-elle dans ce panorama ?

HP : Nous sommes les premiers de la série et c’est nous qui donnons l’exemple – que ce soit dans l’atteinte de nos objectifs ou dans la façon dont nous entamerons le prochain chapitre de l’histoire de cette institution, attendue depuis longtemps. Pour ce qui est du « réseau de la culture », nous avons pris notre position par rapport à Vancouver – littéralement en face de la ville. Ce n’est pas que nous étions mal situés, mais nous étions un peu déphasés à cause de la mauvaise visibilité de l’ancien emplacement. Alors que nous attirerons dorénavant des visiteurs qui étaient peut-être nos voisins et l’ignoraient. Ce nouveau musée est également une sorte de manifeste culturel et politique : il affirme que les galeries jouent un rôle primordial dans la vie sociale et culturelle. Nous avons toujours considéré que nous faisions partie de la sphère des arts visuels du Lower Mainland, mais maintenant tout cela est beaucoup plus tangible si l’on considère notre emplacement et la diversité des expositions et des programmes éducatifs, ou toutes sortes d’autres activités que nous pourrons organiser et qui nous permettront de nous développer et de grandir…

[Suite de l’article et autres images dans les versions imprimée et numérique du magazine. En vente ici : Ciel variable 108 – SORTIE PUBLIQUE]

Acheter cet article