Dominic Gagnon, La trilogie du Web – Élène Tremblay, Les documentaires sans caméra et à distance

Dominic Gagnon, RIP in Pieces America, 2009, vidéogrammes / vidéo stills, 61 min, Production Film 900

Dominic Gagnon, RIP in Pieces America, 2009, vidéogrammes / vidéo stills, 61 min, Production Film 900

Dans sa trilogie du Web – réunissant trois films RIP in Pieces America, Pieces and Love All to Hell et Big Kiss Goodnight (2009-2013) –, Dominic Gagnon trouve dans Internet, un territoire qu’il décrit comme une grande « cinémathèque », des extraits vidéo qu’il recombine dans des films de montage afin de réaliser comme il le dit lui-même «des films sur des gens qui se filment ». Par cette appropriation, il redéfinit ce que peut devenir le found footage film à l’ère du Web, tout en problématisant la question de l’auteur et celle de l’exposition de soi sur Internet.

Sans caméra et à distance, Dominic Gagnon adopte la posture de l’observateur caché, du témoin inquiet et du nomade amusé, visiteur étranger aux mondes qu’il parcourt. Dans une approche qui est tout à la fois postmoderne et ethnographique et qui porte les traces de l’influence situationniste, il réussit à saisir le caractère paradoxal de la mise en spectacle de soi-même par des sujets qui utilisent YouTube pour décrier avec véhémence le contrôle de la société où ils évoluent.

[Suite de l’article dans la version imprimée et numérique du magazine.]

Élène Tremblay est professeure adjointe au Département d’histoire de l’art et d’études cinématographiques de l’Université de Montréal depuis 2011. Elle a obtenu sa maîtrise en arts visuels de l’Université Concordia à Montréal (1996) et un doctorat de l’Université du Québec à Montréal en études et pratiques des arts (2010). Elle a publié en 2013, L’insistance du regard sur le corps éprouvé, pathos et contre-pathos, aux éditions Forum, Udine, Italie.

Acheter cet article