Karen Elaine Spencer, Hey! Mike – Daniel Fiset, Textualiser l’espace, spatialiser le discours

Karen Elaine Spencer, mike! advantage guaranteed? nah - it’s «nothing more than a social benefit prog», 2012, encre sur papier / ink on paper, 18 x 27 cm

Karen Elaine Spencer, mike! advantage guaranteed? nah – it’s «nothing more than a social benefit prog», 2012, encre sur papier / ink on paper, 18 x 27 cm

À l’automne 2012, une grande enveloppe brune m’étant adressée arrive à mon appartement. À l’intérieur se trouve une épreuve au jet d’encre signée, laissant voir un exercice typographique coloré annoncant par une phrase énigmatique – hey mike please wipe up any spills that may occur1– , la genèse du dernier projet de Karen Elaine Spencer, artiste établie à Montréal.

Monté dans le cadre d’une résidence de six mois à New York menée en 2012 et 2013, offerte par le Conseil des arts du Canada en collaboration avec l’International Studio and Curatorial Program (ISCP), le projet hey! mike de Spencer se construit autour d’une série d’actions similaires à celles mises en place dans ses interventions précédentes, présentées en collaboration avec les centres d’artistes Dare-Dare (Montréal), Articule (Montréal), Praxis (Sainte-Thérèse) et le 3e impérial (Granby). Prise et partage de notes, inscription de courtes phrases à l’encre sur divers supports physiques, déambulation de l’artiste – et, in extenso, de ses mots – dans l’espace public, prise de photographies et de vidéos documentaires, utilisation de la poste, de sites Web et de divers réseaux sociaux comme Twitter ou Facebook sont autant de stratégies communicationnelles qui mettent en question le rôle de l’artiste en société et notre rapport au transitoire, à la ville, à l’habitat, à la citoyenneté, aux structures de pouvoir, à l’ordre établi et au politique.

[Suite de l’article dans la version imprimée et numérique du magazine.]

Daniel Fiset est doctorant au Département d’histoire de l’art de l’Université de Montréal. Ses recherches actuelles portent sur les liens conceptuels et formels existant entre la photographie dans l’art contemporain et la culture visuelle. Il s’intéresse également à la conservation de l’art public au Québec et à l’étude des pratiques artistiques in situ.

Acheter cet article