Benoit Aquin, Nathalie à l’orée des champs – pour Nathalie Goyette et Philippe Lamarre

Benoit Aquin, Nathalie à l’orée des champs, Montréal, 2016, photographie numérique, 81 X 57 cm [Pour Nathalie Goyette et Philippe Lamarre]

Benoit Aquin, Nathalie à l’orée des champs, Montréal, 2016, photographie numérique, 81 X 57 cm [Pour Nathalie Goyette et Philippe Lamarre]

Photographie tirée d’un photo-roman intitulé Sans frontières. Le photo-roman offre de nouvelles possibilités en photographie que j’explore avec enthousiasme. Il permet entre autre d’investir la fiction avec la dimension théâtrale de la photographie. Ce qu’il y a d’intéressant dans cette discipline, c’est que même s’il existe un scénario la porte demeure grande ouverte pour l’improvisation.

– Benoît Aquin

L’artiste, dans sa démarche, transpose l’objet de sa pensée. En l’occurrence, l’image transforme la scène, l’action, l’objet, le figurant. Cette transposition ou cette transformation devient œuvre par la distance même que l’artiste crée. Dans cette œuvre de Benoit Aquin, l’image n’est pas manipulée, ni truquée, ni transformée. La situation, cependant l’est pour témoigner du propos de l’artiste, pas de la personne photographiée. Le sujet s’efface, l’œuvre naît.

– Nathalie Goyette et Philippe Lamarre


Œuvres créées dans la campagne de financement ARTGEIST II – FIGURES LIBRES (2015-2016)

  • Angela Grauerholz, Deux dames de Venise, 2015, impression à jet d'encre (sur papier coton archive), 69 x 102 cm [Pour Jack Lazare]
  • Pascal Grandmaison, Action 2, 2005-2015, photographie analogique, impression jet d'encre, 76 x 60 cm [Pour Jack Lazare]
  • artgeist2-Excoffier-thumbnail
  • Benoit Aquin, Nathalie à l’orée des champs, Montréal, 2016, photographie numérique, 81 X 57 cm [Pour Nathalie Goyette et Philippe Lamarre]
  • Marisa Portolese, Sophia, 2016, épreuve couleur, 60 x 76 cm [Pour Annie Boisvert et Benoît Lacoste Bienvenue]