Akram Zaatari, All Is Well – Mirna Boyadjian

[Printemps-été 2015]
Akram Zaatari, Tomorrow Everything Will Be Alright, 2010, vidéo monobande HD en boucle, 12 min, photo : Patrick Lacasse

Akram Zaatari, Tomorrow Everything Will Be Alright, 2010, vidéo monobande HD en boucle, 12 min, photo : Patrick Lacasse

Carleton University Art Gallery
Du 19 janvier au 29 mars 2015

Par Mirna Boyadjian

Première exposition solo de l’artiste Akram Zaatari en sol canadien, All Is Well réunit des propositions artistiques qui rendent compte des modes de construction et de déconstruction de l’histoire libanaise, empreinte de nombreux conflits. L’exposition, sous le commissariat de Vicky Moufawad-Paul, suscite des interrogations quant aux formes de transmission clandestines et à leurs conséquences sur l’histoire du pays. En temps de guerre, la clandestinité semble s’immiscer dans la vie même, jusqu’à devenir naturelle lorsque sont entreprises des opérations qui ne peuvent s’énoncer autrement que comme des conditions de survie – celle d’un peuple, d’une culture, d’une tradition, etc. Dès lors la clandestinité devient principe de vie et, surtout, « principe d’espérance ».

Au premier étage de la galerie, entièrement dédié aux oeuvres de Zaatari, l’exposition se divise en deux sections. La première présente, dans une grande pièce à aire ouverte adjacente à la salle principale, la vidéo Tomorrow Everything Will Be Alright (2010). Sur un écran apparaît le défilement d’une conversation entre deux hommes dactylographiée sur le mode instantané du clavardage : « Hello sexy. … hello u. » « Who is it? » « You know who it is. » « It’s been more than 10 years. » …

[Suite de l’article dans les versions imprimée et numérique du magazine.]

Acheter cet article