Douala à ciel ouvert – Erika Nimis

Christian Hanussek, Collectif Autodafé Ring Douala, 2007.

Christian Hanussek, Collectif Autodafé Ring Douala, 2007.

[…] Parler de photographie à Douala et plus généralement au Cameroun, c’est d’abord évoquer sa riche histoire, ouverte à toutes les influences, d’où émergent quelques grands noms comme celui de George Goethe (1897-1977), originaire de Sierra Leone, qui ouvre le premier studio de la ville, Photo George, en 1931. En 2015, un autre nom est sur toutes les lèvres quand je demande à rencontrer un photographe : c’est celui de Nicolas Eyidi, qui est un peu le « papa » de cette scène doualaise, à l’instar de Photo George avec qui il a collaboré à ses débuts. Photographe documentariste, Nicolas Eyidi travaille à son compte depuis 2000, formant un duo de choc avec son épouse Rose qui gère une banque d’images exceptionnelle sur le Cameroun.

[Suite de l’article dans les versions imprimée et numérique du magazine. En vente partout au Canada jusqu’au21 janvier 2016 et sur notre boutique en ligne.]

Erika Nimis est photographe (ancienne élève de l’école de photographie d’Arles en France), historienne de l’Afrique, professeure associée au département d’histoire de l’art de l’Université du Québec à Montréal (UQAM). Elle est l’auteure de trois ouvrages sur l’histoire de la photographie en Afrique de l’Ouest (dont un tiré de sa thèse de doctorat : Photographes d’Afrique de l’Ouest. L’expérience yoruba, Paris, Karthala, 2005). Elle collabore activement à plusieurs revues et a fondé, avec Marian Nur Goni, un blog dédié à la photographie en Afrique : http://fotota.hypotheses.org/

Acheter cet article