Joan Fontcuberta, Pandora’s Camera: Photography after Photography – Samuel Gaudreau-Lalande

[Automne 2015]
Joan Fontcuberta, Pandora’s Camera: Photography after Photography, traduit de l’espagnol par Graham Thomson, Londres, Mack, 2014, 192 p., ill., angl.

Joan Fontcuberta, Pandora’s Camera: Photography after Photography,
traduit de l’espagnol par Graham Thomson, Londres, Mack, 2014, 192 p., ill., angl.

Traduit de l’espagnol par Graham Thomson, Londres, Mack, 2014, 192 p., ill., angl.

Par Samuel Gaudreau-Lalande

[Extrait]
Joan Fontcuberta est artiste, commissaire, essayiste et critique d’art. C’est à ce titre qu’il livre ici ses réflexions sur douze ans de culture photographique numérique, de 1998 à 20101. En excellent conteur qu’il est, Fontcuberta met la photographie en scène dans une série de situations particulières afin d’illustrer comment le médium change en passant de l’argentique au numérique. Une photographie de son père, un photomontage montrant l’artiste en compagnie des Spice Girls, les portraits composites de l’eugéniste Francis Galton ou les pratiques contemporaines du portrait de synthèse : les images forment toujours la base du propos de Fontcuberta, qui raisonne par induction. Dans les dix-sept courts textes qui forment le recueil, et dont six sont des inédits, l’artiste aborde les questions qui sont au coeur de ses oeuvres et de ses réflexions depuis le début de sa carrière. De quelle sorte de vérité la photographie est-elle porteuse et que cela signifie-t-il pour notre culture ? …

[Suite de l’article dans les versions imprimée et numérique du magazine.]

Acheter cet article