Moyra Davey, Copperheads – Isa Tousignant, L’argent dans tous ses états

Moyra Davey, de la série / from the series Copperheads 101-200, 2013.

Moyra Davey, de la série / from the series Copperheads 101-200, 2013.

La série Copperheads de Moyra Davey a déjà connu plusieurs existences. Elle a vu le jour en 1990, peu après que l’artiste canadienne se fut installée à New York, où elle réside toujours aujourd’hui. À l’époque, le projet menait une vie essentiellement privée : Davey avait photographié le profil massacré de Lincoln sur les pièces d’un cent les plus abîmées qu’elle avait pu trouver, et elle conservait ses tirages au format lettre dans un classeur, prêts à être agrandis à leur format prévu de 18 x 24 pouces si des acheteurs ou des commissaires se montraient intéressés. La totalité des cent photographies de cette série ne sera exposée que presque vingt ans plus tard, en 2009, sous la forme d’une grille à The Fog (aujourd’hui le Harvard Art Museum), à Cambridge, au Massachusetts. Entre-temps, Davey avait pris l’habitude de poster ses œuvres et de les exposer avec les traces de leur acheminement, ce qu’elle fit avec Copperheads. Ce corpus existe sous cette forme depuis, bien que de nouvelles séries de cent images s’y soient ajoutées, et que d’autres sont encore à venir. Davey n’a jamais cessé de collectionner les pièces d’un cent. Traduit par Emmanuelle Bouet

[Suite de l’article dans les versions imprimée et numérique du magazine. En vente partout au Canada jusqu’au 21 janvier 2016 et sur notre boutique en ligne.]

Moyra Davey (née en 1958 à Toronto) a élaboré au cours des trente dernières années une œuvre influente composée de photographies, d’écrits et de vidéos. Ses dernières expositions individuelles ont eu lieu au MUMOK (Vienne), à l’ICA (Philadelphie), au Camden Arts Centre (Londres), à Tate Liverpool, à la Presen- tation House Gallery (Vancouver), à Wilfried Lentz (Rotterdam) et à Murray Guy (New York). Parallèlement, elle a participé en 2012 à la Whitney Biennial et à la São Paulo Biennial. Son travail figure dans plusieurs collections renommées, dont celles du Museum of Modern Art à New York et de Tate Modern à Londres.

Collaboratrice de la revue Canadian Art et rédactrice indépendante dans les domaines de l’art, du design et de la décoration, Isa Tousignant a fait ses premières armes à la tête de la section artistique d’un hebdomadaire alternatif, à l’époque où le journalisme culturel existait encore. Commissaire à l’occasion, elle a contribué à organiser divers happenings artistiques, dont l’occupation hostile d’un bureau de change par une douzaine d’artistes dissidents. Sa recherche postdoctorale sur les animaux dans l’art contemporain et les dynamiques inter-espèces en a fait une végétalienne convaincue. Elle vit et travaille à Montréal.

Acheter cet article