Stan Douglas, Penn Station’s Half Century — Stefan Zebrowski-Rubin

[Été 2021]

Penn Station’s Half Century
Moynihan Train Hall, New York City

Par Stefan Zebrowski-Rubin

[Extrait]
Des faisceaux lumineux rayonnent dans un hall abandonné où s’entassent les bagages. Des groupes d’hommes se forment en divers endroits, tandis qu’une femme, porte-bloc en main, dresse l’inventaire près du comptoir de renseignements à revêtement de marbre. Au premier plan, un réverbère de style victorien repose sur le côté. Quand on regarde au-delà de la scène centrale, on constate que le sol s’arrête abruptement ; mur et colonne ne sont qu’à moitié construits, nous sommes dans une salle d’enregistrement à Hollywood en septembre 1944.

Dernière vignette d’une œuvre en neuf panneaux installée dans Penn Station à New York, création du photographe canadien (et lauréat du prix Hasselblad en 2016) Stan Douglas, la photographie décrite ci-dessus reproduit le plateau de The Clock à L.A., la scène n’ayant pu être tournée in situ pour cause de Seconde Guerre mondiale. Cette superposition de faits et de fiction illustre bien le travail de Douglas et ses vastes aspirations. Penn Station’s Half Century (2020), de même qu’une sculpture au plafond par Elmgreen & Dragset et une œuvre en vitrail de Kehinde Wiley, auprès desquelles elle est installée, s’inscrit dans le cadre d’une commande du Public Art Fund et de l’Empire State Development pour le Moynihan Train Hall à New York, et a été inaugurée en janvier 2021. La maîtrise et l’envergure exprimées dans ces tableaux époustouflants suscitent curiosité et attentes concernant les projets de Douglas pour la Biennale de Venise 2022, où il représentera le Canada.

 

Suite de l’article et autres images dans le magazine : Ciel variable 117 – DÉCALÉ