ARTGEIST

Œuvres créées dans le cadre des campagnes de financement
ARTGEIST

La série Artgeist proposait à des collectionneurs de soutenir la revue en faisant l’acquisition d’une œuvre originale créée spécifiquement pour eux. Ainsi, plutôt que la simple acquisition d’une œuvre déjà existante, notre projet proposait à des collectionneurs l’expérience singulière de rencontres avec un artiste de leur choix pour échanger sur leurs motivations esthétiques et circonscrire les paramètres d’une œuvre à venir.

Ces rencontres directes entre artistes et collectionneurs – des occasions assez rares – ont produit une série de nouvelles œuvres fort surprenantes que vous pourrez découvrir ici, accompagnées des commentaires provenant à la fois des collectionneurs et des artistes.
 

  • Angela Grauerholz, Deux dames de Venise, 2015, impression à jet d'encre (sur papier coton archive), 69 x 102 cm [Pour Jack Lazare]
  • Pascal Grandmaison, Action 2, 2005-2015, photographie analogique, impression jet d'encre, 76 x 60 cm [Pour Jack Lazare]
  • artgeist2-Excoffier-thumbnail
  • Benoit Aquin, Nathalie à l’orée des champs, Montréal, 2016, photographie numérique, 81 X 57 cm [Pour Nathalie Goyette et Philippe Lamarre]
  • Marisa Portolese, Sophia, 2016, épreuve couleur, 60 x 76 cm [For Annie Boisvert et Benoît Lacoste Bienvenue]

ARTGEIST II – FIGURES LIBRES (2015-2016)

Cette seconde campagne était axée sur le portrait : de soi, de ses proches ou d’inconnus ayant valeur emblématique.

Angela Grauerholz et Pascal Grandmaison se sont ainsi prêtés au jeu pour le collectionneur Jack Lazare en proposant chacun un portrait de femmes en plan rapproché, Deux dames de Venise et Action 2, qui se situent plus du côté de l’emblématique que du personnel. La rencontre d’Éliane Excoffier et de Joanie Lapalme a résulté en un portrait évocateur, avec une vue de Joanie prise de dos dans un champ sur laquelle le gros plan d’un visage a été superposé. Le couple Philippe Lamarre et Nathalie Goyette a choisi, avec Benoît Aquin, de mettre Nathalie en valeur, mais dans une relative pénombre, et à distance, comme enchâssée dans un fouillis d’arbres et de branches. Pour le couple Annie Boisvert et Benoît Lacoste Bienvenue, Marisa Portolese a réalisé un portrait en studio de leur fille Sophia, un peu à la manière de Notman, devant un paysage peint et un immense bouquet de fleurs.
 

  • Chuck Samuels et Gabor Szilasi, Dans l’œil de l’autre, 2013, diptyque, boîtes lumineuses, impression sur film rétroéclairé, 166 x 123 cm chacune / each
  • Chuck Samuels et Gabor Szilasi, Dans l’œil de l’autre, 2013, diptyque, boîtes lumineuses, impression sur film rétroéclairé, 166 x 123 cm chacune / each
  • Alain Paiement, Détails obliques, 2012, jet d’encre sur papier Hahnemühle, 100 x 72 cm, photo : Rag Baryta
  • Angela Grauerholz, Deux prises, 2012, épreuve au jet d’encre sur papier Arches, 72 x 102 cm
  • Vue circulaire des Montagnes qu'on découvre du sommet du Glacier de Buet (1776) imaginée par Horace-Bénédict de Saussure et dessinée par Marc-Théodore Bourrit en 1776 Luc Courchesne, L'invention de l'horizon (2013), extrait de l'œuvre interactive, photographie sphérique depuis le sommet du mont Buet
  • Evergon, Thomas Marcantonio, 2013, c-print, 102 x 152 cm

SITEGEIST – L’ESPRIT DES LIEUX (2012-2013)

Ce projet avait pour objectif la création d’œuvres originales qui traduiraient l’esprit de lieux choisis par les collectionneurs participants. Image insolite et amusante d’un lieu pourtant banal, vue en fragments d’un environnement domestique saturé d’œuvres, jeux de réflexion à l’intérieur d’un appareil photo en contrepoint d’un autoportrait simulé, transposition photographique de la première représentation de l’horizon moderne et, enfin, portrait en pied impromptu pris en studio, telles sont quelques-unes des visions de l’esprit d’un lieu qui en ont résulté.

Chuck Samuels, Gabor Szilasi, Alain Paiement, Angela Grauerholz, Luc Courchesne et Evergon sont les artistes qui se sont ainsi prêtés à l’exercice. Alexandre Taillefer, Debbie Zakaib, François R. Roy, Charles Lapointe, Phyllis Lambert et Thomas Marcantonio sont les collectionneurs qui ont contribué à la campagne en faisant l’acquisition de ces œuvres.
 


Nous sommes infiniment reconnaissants aux artistes et aux collectionneurs qui ont ainsi soutenu la revue en se prêtant au jeu des rencontres et de la création. Merci également aux galeristes qui représentent ces artistes ainsi qu’à notre partenaire ENCADREX qui a généreusement offert l’encadrement des œuvres.