Une histoire mondiale des femmes photographes — Claudia Polledri

[Été 2021]

Histoire mondiale des femmes photographes
Sous la direction de Marie Robert et Luce Lebart, Paris, Textuel, 2020, 506 p.

Par Claudia Polledri

« Boy – girl, son – daughter, husband – wife, poet – poetess, tiger – tigress, hero – heroine. » Cette liste de noms masculins et féminins, notés sur deux colonnes, est écrite à la craie sur un tableau d’une salle de classe. Par sa simplicité et son immédiateté, l’image en noir et blanc de l’Indienne Gauri Gill (1970–)1 symbolise les deux axes autour desquels s’organise l’ouvrage Histoire mondiale des femmes photographes. Son objectif déclaré consiste, en effet, à valoriser l’apport des femmes à l’histoire de la photographie. Trop négligée en comparaison à celle des icônes masculines, l’histoire des femmes photographes mérite un travail approfondi qui dépasse la référence aux plus connues d’entre elles, les Bérénice Abbott, Gisèle Freund et Dorothea Lange, ou les contemporaines Isabel Muñoz et Shirin Neshat. « Il ne s’agit pas tant de produire un contre-récit ni de déconstruire les histoires déjà produites, mais bien de compléter ces dernières », expliquent Marie Robert et Luce Lebart, conscientes de la portée politique de leur projet. En somme, pour que l’histoire de la photographie dispose finalement d’un récit « plus riche et plus juste », il faut établir la liste dans les deux genres, comme dans l’image de Gill, et faire connaître toutes ces photographes trop souvent exclues des ouvrages de référence, en dépit des efforts de l’historiographie contemporaine2

 

Suite de l’article et autres images dans le magazine : Ciel variable 117 – DÉCALÉ