Matthieu Brouillard – Jean-Pierre Vidal

[Printemps-été 2017]

Matthieu Brouillard, Doyen des pilotes, 2016

Matthieu Brouillard, Doyen des pilotes, 2016

L’essor
VU PHOTO, Québec
Du 21 octobre au 20 novembre 2016

par Jean-Pierre Vidal

[Extrait]
Tous les espaces sont travaillés d’imaginaire, même si la modulation que celui-ci impose ainsi à la plus immédiate de nos perceptions varie selon avec les individus et les collectivités. La façon dont Matthieu Brouillard envisage les lieux et les corps combine, avec un rare bonheur, le réalisme apparemment le plus cru et cette forme particulière d’appréhension du monde où le mythe prend naissance. Et ainsi, il chevauche délibérément la fine ligne qui départage le documentaire de la fiction pure et simple, si, du moins, une telle démarcation existe.

Que le mythe soit celui de la résurrection, évoqué grâce à des corps et des lieux atypiques, à partir d’une référence structurante à Grünewald (La résurrection/les enfants de la symétrie brisée [2009]), ou comme dans sa dernière exposition à VU, celui d’Icare décollé du labyrinthe, c’est la même façon d’organiser spectaculairement l’espace de l’image. L’univers onirique du mythe et celui plus rationnel du cadrage s’enrichissent alors mutuellement, la perception est d’emblée représentée comme affaire de sens autant que sollicitation des sens, le rêve et le désir saisissent le réel, mieux, ils le constituent…

 
[Suite de l’article et autres images dans les versions imprimée et numérique du magazine.]
 
Acheter cet article