Katia Gosselin – Michaël Lachance

[Hiver 2018]
Katia Gosselin, Espaces périphériques, 2017, impression au jet d’encre, 150 × 97 cm

Katia Gosselin, Espaces périphériques, 2017, impression au jet d’encre, 150 × 97 cm

Espaces périphériques
Centre VU, Québec
Du 8 septembre au 15 octobre 2017

Par Michaël Lachance

[Extrait]
L’installation est intimisme, la pièce exiguë force la rencontre de ces « espaces périphériques ». La disposition des photos épinglées au mur, sans cadre, est certes conservatrice, mais pas banale. Le lieu se prête agréablement bien au travail de l’artiste. Les agencements alignés aux murs convainquent. Un foyer ancestral occupe la salle, sans ironiquement ajouter de chaleur à l’atmosphère cloisonnée ; il sert plutôt de prétexte, dans sa prétention, à évoquer des repères familiaux. Tout se joue en contraste et le commissariat chez VU utilise à souhait le jeu de mise en abyme pour projeter, de manière austère, une rencontre frontale avec le travail de la photographe. On entre dans l’antre comme prisonnier et actant d’une mise en scène destinée à cadrer le récepteur au centre de la proposition. Par le fait même, le lieu participe du thème des photographies, car il englobe l’événement autour et limitrophe d’un centre focalisé, non sans intérêt : nous. Il s’agit bien d’une illustration de tout ce qui échappe au regard ; ce regard concentré sur des repères réconfortants, sans risque ni péril. L’audace repose ici dans cet ensemble mis en cage pour contraindre le spectateur à voir au-delà des clichés…

 
[Suite de l’article et autres images dans les versions imprimée et numérique du magazine. En vente partout au Canada jusqu’au 31 mai 2018 et sur notre boutique en ligne.]

Acheter ce numéro